«

»

oct
05

Le Grand pêché du délaissement du Hajj

En danger ! Le sont ainsi, ni plus ni moins ceux qui ont délaissé le hajj, 5e pilier de la religion. Après le Ramadan, riche en adoration, c’est un autre grand moment que les musulmans s’apprêtent à accueillir. Que signifie-t-il ? Pourquoi est-il un pilier ? Portrait d’un mois pas comme les autres.

Le 5e pilier

« Ô vous les gens, le hajj a été obligé pour vous. Accomplissez le Hajj », dit le messager de Dieu « Tous les ans ? », demanda-t-on. Il répondit alors « Si j’avais dit oui, cela aurait été obligé et vous n’auriez pas pu. » Difficile de trouver plus clair que ce hadith rapporté par l’Imam Muslim selon le témoignage d’Abu Hurayra. Ibn ‘Omar, illustre sahaba, se confie à Bukhary et Muslim, en répétant ce que le messager de Dieu, Paix et Bénédiction de Dieu sur lui, lui a confié : « L’islam est fondé sur cinq choses : l’attestation que nul ne mérite d’être adoré en dehors de Dieu et que Mohammed est son messager, l’accomplissement de la prière, l’acquittement de la zakat, le jeûne du mois de Ramadan et le pèlerinage pour celui qui en a les moyens. » Le Hajj clôture ainsi l’énumération des cinq piliers de l’Islam, et dernier constituant du noyau de note religion. L’Imam Ahmad aussi nous exhorte à observer cette obligation : « Empressez-vous d’aller au hajj car vous ne pouvez pas savoir ce qui peut vous arriver ». Pas de doute, le musulman ne doit pas repousser l’échéance. Il fait ainsi partie de ceux qui sont les plus emprunts à faire le bien, et épouse les qualités du verset : « Concurrencez-vous dans les bonnes actions ».

Quelques conditions

Obligation mais sous quelques conditions toutefois. Pour faire partie des élus de Dieu, il faut avoir plusieurs conditions, comme par exemple la capacité physique. Les personnes âgées ne doivent pas attendre d’atteindre un âge avancé, synonyme de fébrilité pour emprunter les routes qui mènent vers La Mecque, car il ne leur sera alors plus obligatoire de se rendre à la Maison Sacrée. En effet, les personnes âgées ne sont plus obligées d’effectuer le hajj. Méfions-nous alors ! Car si une personne meurt sans avoir accompli son Hajj, même s’il s’agit d’une personne âgée, alors son Islam demeure incomplet. Evitons donc les écueils, et d’attendre d’avoir les cheveux blancs ou même d’être touché par une incapacité physique pour visiter la Maison divine, et par la même occasion celle du prophète, Paix et Bénédiction de Dieu sur Lui. Aussi, ne seront pas non plus excusés ceux qui le reportent sous prétexte de vouloir se marier. Le messager de Dieu, que Dieu Lui accorde Paix et Bénédiction, s’exclama un jour : « Si l’homme meurt, le hajj doit être accompli à sa place ». Ceci est alors considéré en Islam comme une dette. Ecoutons un verset de la Sourate Al Mounafiqoun au sujet de  l’injonction du Hajj : « Ô vous qui croyez, que ne vous détournent pas votre argent et vos enfants du rappel d’Allah ; celui qui fait cela fait partie des perdants. Et dépensez de ce que nous vous avons attribués en subsistance avant que la mort ne vienne à l’un d’entre vous, et qu’il dise « Ô Allah, fais-moi revenir avant ce jour, afin que je puisse m’acquitter de l’aumône et être parmi les pieux ». Ibn ‘Abas, maître suprême de l’exégèse coranique nous révèle que le segment repris en discours rapporté direct « être parmi les pieux » signifie accomplir le hajj. Ainsi, le verset fait état du remord, après la mort, de vouloir retourner sur Terre. Hélas, les volontés des morts ne sont que peines perdues. Omar Ibn Al Khattab, l’un des quatre compagnons les plus proches du prophète, Paix et Bénédiction de Dieu sur lui, appelait â être ferme avec ceux qui n’accomplissaient pas le hajj : « Regardez celui qui ne fait pas le hajj, appliquez sur lui l’impôt » (NDLR : impôt en principe, que devaient s’acquitter les personnes de confessions juives et chrétiennes à l’époque, en échange de la liberté de leur culte et de la protection des musulmans).

Le hajj : un voyage unique

Qui n’a pas déjà songé à effectuer ce retour aux sources ? Quel plus bel acte de dévotion que de tout quitter, famille, argent pour objectif seul de voir la maison de son Seigneur et de son messager, que Dieu lui accorde Paix et Bénédiction. « Ils viennent de toutes les contrées », nous dit le Coran. En vue d’édifier le cinquième et dernier pilier de leur religion, comme l’a évoqué le bien-aimé reprenant un des versets du Coran, alors qu’il se trouvait à Arafat, pilier même du hajj « Le jour où j’ai parachevé pour vous votre religion, et j’ai raffermi pour vous mon bienfait, et que j’ai agréé pour vous l’Islam comme religion ». Et dans un hadith, il nous dit « Celui qui fait le Hajj revient comme s’il sortait du ventre de sa mère ». Puis dans un autre : « Le Hajj mabrour (NDLR : accepté) n’a pas d’autre récompense que le paradis ».Certains savants nous informent qu’ils enlèvent même les grands pêchés. L’imam Bayhaqi, lui,  relève un hadith du prophète, Paix et Salut sur lui :  « Un serviteur à qui j’ai donné la force et qui ne vient pas me visiter tous les cinq ans est interdit ».Ici,il faut comprendre interdit du « bien » de visiter la Mecque de la part d’Allah, qu’Il nous en préserve!

Les fruits du bien

Les témoignages sont frappants. Beaucoup restent sans voix, l’émotion les empêchant de décrire ce qu’ils ressentent. Car le hajj est un voyage aux multiples bienfaits. Ainsi, ceux qui l’ont effectué sont unanimes : le pèlerinage fait augmenter la foi. Aussi, le hajj est aussi un voyage où il n’a jamais autant été question d’un tel brassage ethnique. Français, Américains, Indonésiens, Sénégaliens, Maliens, Indiens, Afghans, Russes et autres musulmans de toute la planète se retrouvent dans la Maison de Dieu, dans le berceau même où l’Islam a vu le jour. Plus encore, il s’agit d’un brassage fraternel, corroboré par la parole de Dieu : « Certes les musulmans sont des frères ». Bain de science également, le Hajj est une occasion unique pour assister aux sermons de nos savants. Que le pêcheur soit apaisé ! Le hajj est aussi l’opportunité d’obtenir le pardon des pêchés. C’est aussi l’opportunité de goûter à des adorations insolites tel le sacrifice d’une bête, en dépensant de l’argent uniquement pour la face de Dieu, pour apaiser entre autre la faim et la soif des plus nécessiteux. A la Mecque, Il est aussi question de faire triompher les paroles d’Allah. Rappelons enfin que le hajj demeure une source de profits pour les gens dans ce bas-monde, pour les musulmans, mais aussi pour les non-musulmans car il est une manne économique et une source de subsistance pour plus d’un ! Les musulmans devraient ainsi être parmi les premiers à en profiter.

 

D’ici quelques semaines, les premiers heureux élus auront gagné la Mecque, où Médine, la ville sacrée du prophète, que les prières de dieu soit sur lui. Hélas, tristesse est de constater que beaucoup lui préfère d’autres destinations et les plages endiablées de l’Océan Pacifique. Ils s’exposent ainsi au châtiment divin,  Ecoutez donc cette parole de Omar, le meilleur homme de la communauté après le prophète (sala Allahou aleihi wa salam) et Abou bakr, concernant ceux qui délaissent le hajj alors qu’ils en ont la capacité (physique et financière), d’après Ibn kathir :  » Si l’un d’entre vous a les moyens d’effectuer le hajj  et qu’il ne l’a pas fait qu’il meurt s’il le veut juif ou chrétien! ».

Revenons donc vers notre Seigneur et ayons comme objectif les actions des pieux prédécesseurs: La vie de Sofiane Ibn Hunayna est éloquente, ce successeur a effectué pas moins de 70 fois le hajj dans sa vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 670Commentaires spam bloqué jusqu'à présent parSpam Free Wordpress

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>